L'autobiographie de Benjamin Franklin Résumé
| | |

L'Autobiographie de Benjamin Franklin : résumé et critique

La vie s'active. A L'autobiographie de Benjamin Franklin qui prenait la poussière sur votre étagère ? Prenez plutôt les idées clés dès maintenant.

Nous ne faisons que gratter la surface ici. Si vous n'avez pas déjà le livre, commandez le livre ou obtenir le livre audio gratuit pour apprendre les détails juteux.

Synopsis

L'autobiographie de Benjamin Franklin est divisé en deux parties principales. La première moitié est écrite comme une lettre à son fils, William. La seconde moitié a été écrite plusieurs années plus tard, mais n'a finalement jamais été terminée en raison de sa mort en 1790. L'autobiographie de Franklin était toujours considérée comme ses mémoires. Et, fait important, elle a depuis été considérée comme l'une des autobiographies les plus influentes et les plus célèbres de tous les temps. Franklin ne voulait pas seulement produire une référence sèche à des noms et des dates. Il voulait faire de son autobiographie une histoire d'amélioration de soi, d'erreurs et de corrections. Il était également prêt à accepter, contrairement à de nombreux autobiographes, que ces mémoires étaient en partie un moyen de satisfaire sa vanité. Franklin pensait que la vanité était une bonne chose, tant pour l'individu que pour son entourage.

À propos de Benjamin Franklin

L'un des pères fondateurs des États-Unis, Benjamin Franklin est l'un des Américains les plus influents à avoir jamais vécu. Comme l'a déclaré l'un des biographes les plus remarquables de Benjamin Franklin, Walter Isaacson, "[il est] l'Américain le plus accompli de son époque et le plus influent dans l'invention du type de société que l'Amérique allait devenir". Franklin était un polymathe et l'une des personnes à l'avant-garde du mouvement abolitionniste aux États-Unis.

Partie 1

La première partie de l'autobiographie de Franklin examine les raisons qui l'ont poussé à écrire une autobiographie. Elle couvre également sa petite enfance et le début de sa carrière professionnelle. La première partie a été commencée en 1771, alors qu'il avait 65 ans et était en vacances dans la ville de Twyford, en Angleterre. Cette autobiographie commence par une lettre à son fils, William. Franklin explique qu'elle est écrite dans l'espoir que lui (son fils) appréciera d'en savoir plus sur la vie de son père. Il pense que cela pourrait être le cas, car Franklin prend personnellement plaisir à entendre les histoires des membres de sa famille. Franklin décrit également son histoire comme étant particulièrement obscure. Il a fait le parcours inhabituel d'un commerçant à un homme d'État. Ce faisant, il estime que son histoire n'est pas simplement intéressante, mais qu'elle pourrait être imitée par son fils. Homme occupé, cette période de la vie de Franklin est marquée par plus de loisirs et d'opportunités créatives. Il a donc eu l'occasion de commencer ce mémoire. 

L'histoire de la famille de Franklin

Franklin commence son autobiographie en donnant un aperçu de l'histoire de sa famille. Puis, il se dirige vers ses jeunes années. Il fait remonter l'histoire de sa famille aux années 1400, dans un village du Northamptonshire, en Angleterre, appelé Ecton. Le nom de famille de Franklin vient probablement du nom d'un rang de citoyen en Angleterre. Il a également découvert qu'il était le plus jeune fils du plus jeune fils, remontant à cinq générations. Il suit cette histoire jusqu'à ce que la lignée familiale atteigne son père, Josiah. Benjamin Franklin est le plus jeune fils parmi les 17 enfants de Josiah Franklin.

Le père de Franklin s'était installé en Nouvelle-Angleterre pour échapper aux persécutions religieuses. Majoritairement protestante, la famille de Franklin était fréquemment en danger à cette époque en raison du règne de la reine Marie. Franklin a expliqué comment sa famille scotchait une Bible anglaise sous un tabouret commun. Ils faisaient cela pour pouvoir facilement dissimuler la Bible en cas d'inspection par la police religieuse.

L'abandon du travail familial par Franklin

Dès l'âge de 10 ans, Franklin est retiré de l'école pour travailler pour son père, Josiah. Cela s'explique en partie par le fait que, malgré son intelligence, Franklin ne réussissait pas à l'école. Franklin détestait le métier de son père, qui consistait à fabriquer du suif et à faire bouillir du savon. Son père décide alors d'encourager Franklin à observer d'autres ouvriers maniant leurs outils, afin de l'aider à identifier un métier qui lui plairait. C'est ainsi qu'est née la curiosité naturelle de Franklin et sa capacité à construire des machines pour mener ses propres expériences scientifiques.

Après réflexion, Benjamin décide de travailler comme apprenti chez son frère, James, qui est imprimeur à Boston. Franklin apprécie beaucoup ce métier, en partie parce qu'il est entouré de livres et d'écriture. Il s'en inspire pour perfectionner son propre style d'écriture en étudiant le Spectator. Le Spectator était une publication des années 1700 par Joseph Addison et Sir Richard Steele. Cet amour de la lecture est quelque chose qu'il a développé dès son plus jeune âge. Certains de ses livres préférés étaient : Les Vies de Plutarque, l'Essai sur les projets de Daniel Defoe et l'Essai pour faire le bien de Cotton Mather. Cet apprentissage n'a fait que développer l'amour de Franklin pour la lecture, car il avait désormais accès à de meilleurs livres. Il restait debout presque toute la nuit pour lire.

La passion de Franklin pour l'écriture et les débats émerge

"La lecture était le seul divertissement que je m'autorisais"

- Benjamin Franklin

Rédaction

Sa profession et sa passion pour la lecture l'ont incité à écrire son propre journal anonyme. La nuit, Franklin le collait sous la porte de l'imprimerie de son frère. Son frère et ses amis ont fait l'éloge de ce journal et ont décidé de le publier dans le Courant. Cela a motivé Franklin à écrire d'autres essais, qui seront plus tard intitulés les essais "Silence Dogood". En découvrant que Benjamin est l'auteur de ces essais, James est furieux. Benjamin s'est alors enfui à Philadelphie à l'âge de seize ans. 

Franklin a également pris goût à la poésie pendant qu'il travaillait pour son frère, écrivant deux poèmes et une chanson de marin. Benjamin Franklin a admis que ces poèmes n'étaient pas satisfaisants et qu'il avait heureusement échappé à la poésie car son père, Josiah, n'approuvait pas les poètes. Josiah pensait que les poètes étaient généralement des mendiants.

Débattre de

En plus de s'adonner à la poésie pendant une brève période, Benjamin Franklin aimait aussi beaucoup débattre. Il avait un ami particulier, John Collins, qui était particulièrement intelligent et éloquent dans ses arguments. Benjamin aimait débattre avec John à l'époque. Cependant, Benjamin suggère à son fils William d'éviter de suivre les mauvaises habitudes que Benjamin avait à cet âge. Un débat dont Benjamin se souvient comme étant particulièrement divisé était celui sur l'opportunité d'éduquer les femmes. Collins estimait que c'était inapproprié. En avance sur son temps, Franklin est d'un avis contraire. Là encore, le père de Benjamin lit les débats en lettres et fait remarquer que Benjamin n'a pas l'élégance d'expression de Collins. Benjamin est d'accord avec son père et cela le motive à devenir un meilleur écrivain. Benjamin saute les services religieux pour pouvoir réécrire dans le style de Samuel Johnson, un écrivain du Spectator. Il utilisait ces exercices de réécriture pour identifier les petites zones où il pouvait améliorer le travail de Johnson. Benjamin est également tombé amoureux de la méthode socratique. Cette méthode lui permet de s'éloigner de l'argumentation et de devenir, selon ses propres termes, un "humble Enquirer and Doubter". 

Végétarisme

Un autre moyen par lequel Benjamin Franklin était prêt à défier la norme sociale de son époque était son végétarisme. À l'âge de 16 ans, Franklin a lu un livre de Tryon. Ce livre recommandait un mode de vie végétarien basé sur un mantra de pacifisme et de non-violence envers toutes les espèces. Cela a convaincu Benjamin de devenir végétarien. Son frère James trouve cela gênant. Cependant, Benjamin réussit tactiquement à acquérir la moitié de l'argent que James dépense pour sa nourriture chaque semaine. Ainsi, Benjamin peut acheter et préparer lui-même sa nourriture, tandis que l'autre moitié est consacrée à l'achat de livres. Franklin a commencé une secte religieuse avec Keimer, son patron. Franklin était prêt à accepter certains points avec lesquels il n'était pas d'accord, notamment le fait de ne pas se raser et de respecter le 7e jour de la semaine comme un sabbat. Il accepte ces points à condition que Keimer accepte que le végétarisme fasse partie de la religion. Keimer accepte, mais abandonne après 3 mois lorsqu'il décide de commander un cochon rôti entier.

Les années précédant la Révolution

Restant dans l'imprimerie, Benjamin avait obtenu un emploi en travaillant pour Keimer. Il a ensuite été trompé par un gouverneur, Sir William Keith. William Keith a proposé d'aider Benjamin à s'installer comme seul imprimeur. 

Cependant, Benjamin est laissé à Londres sans argent ni moyens pour retourner en Amérique. Il parvient à trouver du travail dans une autre imprimerie, Watts. Cette boutique lui permet de se faire des relations importantes et de gagner suffisamment d'argent pour retourner en Amérique avec son ami, M. Denham, qui lui fournira du travail à son retour en Amérique. Après le décès de Denhamn et l'échec d'un second passage chez Keimer, Franklin décide de créer sa propre entreprise. Lui et son partenaire commercial, Hugh Meredith, connaissent un certain succès et obtiennent des contrats pour imprimer du papier-monnaie. L'entreprise continue de se développer pendant cette période et Franklin épouse alors son amour de jeunesse, Deborah Read. 

En plus de diriger une entreprise, Franklin a fondé un "club de gentlemen" très influent appelé le Junto. Très différente d'un club de gentlemen moderne, la société de Franklin est basée sur des débats de nature philosophique et scientifique. La société travaille ensemble pour produire une bibliothèque de livres sur des sujets philosophiques et scientifiques. 

Cette section du livre s'arrête à ce point, Franklin cessant d'écrire en raison du début de la Révolution américaine. Pour citer l'autobiographie de Franklin, "Les affaires de la Révolution ont provoqué cette interruption". 

Partie 2

La seconde moitié de l'autobiographie de Benjamin Franklin est écrite sur le dos des louanges et des encouragements des autres. Tout d'abord, un homme nommé Abel James avait écrit à Franklin alors que celui-ci vivait à Passy, en France. Cette lettre aurait été dangereuse à écrire, car elle aurait pu tomber entre les mains des Britanniques. Cependant, la passion d'Abel James pour l'œuvre de Franklin l'a convaincu de prendre le risque. Il décrit comment ce travail doit être poursuivi et distribué aux masses. C'est un point également soulevé par Benjamin Vaughan. Vaughan pense que Franklin doit terminer son travail sur l'histoire de sa vie pour trois raisons : 

  1. Sa vie est remarquable.
  2. Il s'agit d'un ouvrage précieux pour la fondation des États-Unis nouvellement créés.
  3. Il permettra aux hommes de demain de s'inspirer de l'exemple remarquable de Franklin, notamment en suivant une "noble règle et un exemple d'auto-éducation".

Cette moitié du livre se concentre principalement sur les croyances et les vertus de Franklin à cette époque. De plus, cette moitié entrelace ces croyances avec les événements de sa vie. 

La liste des vertus de Franklin

"Seul un peuple vertueux est capable de liberté. Plus les nations sont corrompues et vicieuses, plus elles ont besoin de maîtres."

- Benjamin Franklin

Religion

Dans cette moitié de l'autobiographie, Franklin parle de la liste des vertus sur lesquelles il se concentre quotidiennement. Bien qu'il croie en Dieu, il ne va pas à l'église et décide de prier par lui-même. Il ne croit pas qu'il apprend la vertu morale à travers les prédicateurs du dimanche. Au lieu de cela, il a développé une liste de vertus basée sur la limitation du mal fait aux autres. Il croit que la meilleure façon de servir Dieu est de faire du bien à l'homme. Il affirme que les actions ne sont pas immorales parce que les religions les interdisent, mais que ces religions les interdisent parce que les actions elles-mêmes sont blessantes. Il espérait publier un jour ces vertus sous le titre L'art de la vertu, mais cela n'arrive jamais. 

Les treize vertus

Franklin a cherché à se perfectionner et à s'améliorer sur le plan moral en élaborant des définitions de ses treize vertus :

  1. Temperance
  2. Silence
  3. Commandez
  4. Résolution
  5. Frugalité
  6. Industrie
  7. Sincérité
  8. Justice
  9. Modération
  10. Propreté
  11. Tranquillité
  12. Chastity
  13. Humilité

Au lieu de se concentrer sur chacune d'entre elles en une seule fois, Franklin se concentre sur une vertu par semaine pendant 13 semaines. L'ordre de ces vertus est également délibéré. Il pensait que la réussite d'une vertu dans cet ordre favoriserait la réussite de la vertu suivante. Il créait des tableaux autour de ces vertus, en marquant d'un point tous ses échecs dans chaque domaine de la vertu. Il voulait finir par avoir un tableau vierge de toute marque. 

Au moment où il écrit cette moitié, Franklin croit que tout son bonheur repose sur la poursuite de ce plan de vertus. Plus précisément, il croit qu'il doit à son :

  • La santé à sa tempérance.
  • Un succès précoce pour son industrie.
  • La confiance de son pays dans la sincérité et la justice.
  • Son égalité d'humeur et sa bonne humeur à toutes les vertus.

Programme quotidien

Franklin a également fourni un aperçu de son emploi du temps quotidien, basé sur l'un de ses carnets. L'ordre de la journée est le suivant :

  1. Se lever à 5 heures du matin, s'adresser à la "puissante bonté" et se demander "Quel bien dois-je faire aujourd'hui ?".
  2. Travail de 8 heures à 12 heures.
  3. Prendre deux heures pour déjeuner et examiner ses comptes.
  4. Travail de 14 h à 18 h.
  5. Mettez les choses à leur place. Écouter de la musique ou se distraire. Examiner la journée et se demander "Qu'ai-je fait de bien aujourd'hui ?"

Partie 3

La troisième partie de l'autobiographie se situe cinq ans après la fin de la deuxième partie.

À cette époque, Franklin vivait à Philadelphie. Il avait son propre journal, la Pennsylvania Gazette, et avait écrit un livre intitulé Poor Richard's Almanac. Ces deux ouvrages ont connu un énorme succès. Dans son journalisme, il refusait d'inclure la diffamation ou les ragots, ou même les altercations privées. D'autres imprimeurs n'étaient pas de cet avis et tentaient de profiter de ces approches pour faire du profit. Les idées de Franklin concernant la religion ont continué à se développer. Il a rencontré deux prédicateurs qui l'ont aidé à développer ses idées sur les vertus : Samuel Hemphill et George Whitefield. 

Franklin continue d'innover

L'une des plus grandes forces de Franklin était sa capacité à innover. Il a inventé le paratonnerre, qui protège les bâtiments de l'impact de la foudre. Puis, afin de résoudre ses propres problèmes de vue, Franklin a inventé le verre bifocal.

  • Sauvez
  • Sauvez

Pendant cette période, Franklin a continué à avoir des impacts qui influenceraient ce à quoi la future société américaine ressemblerait. Franklin fonde le premier service d'incendie américain. Franklin est également nommé greffier de l'assemblée générale et maître de poste. Il comprend également que la Pennsylvanie, en particulier, a besoin d'une meilleure armée et d'une meilleure institution pour l'enseignement supérieur. Il écrit Plain Truth sur ces sujets et ces idées influencent fortement la façon dont la milice de Pennsylvanie se conduit. En fait, on lui offre l'opportunité d'être colonel, mais il la refuse.

La société de Franklin

Sa société, Junto, a continué à se développer et à croître tout au long de sa vie. Avec le Junto, il deviendra le fondateur de l'Université de Pennsylvanie. En outre, il a travaillé à la création du premier hôpital public américain. Il a également amélioré les forces de police et créé un meilleur système pour dépoussiérer les rues de Londres. 

En plus de tout cela, Franklin a exposé son credo religieux. Il croit en l'existence d'un Dieu. Cependant, plutôt que d'adhérer à la Bible, Franklin pensait que la meilleure façon de servir ce Dieu était de faire le bien à l'homme. C'était le credo du parti. Franklin espérait ouvrir un parti pour les jeunes hommes célibataires qui pourraient s'exercer au cycle de vertu de treize semaines. Cela devrait être fait avant d'être autorisé à rejoindre le parti.

Franklin a étudié les langues pendant la dernière partie de sa vie, apprenant le français, l'italien, l'espagnol et le latin. Il recommandait que tous les Américains soient éduqués dans des langues modernes pratiques. Ensuite, ils devraient apprendre les langues classiques, car l'apprentissage des premières facilite l'apprentissage des secondes. 

L'influence de Franklin sur l'armée

En plus de son livre Plain Truth, Franklin a également rédigé un plan d'unification de toutes les colonies américaines. Ce plan n'a pas été très bien accueilli, et les colonies sont restées organisées individuellement. Cependant, une guerre éclate entre l'Angleterre et la France (la guerre française et indienne). Par la suite, Franklin a réussi à faire de multiples propositions pour lever des fonds pour la défense des colonies. Il a joué un rôle énorme dans l'organisation de l'effort de guerre. Franklin a également fourni des conseils essentiels au général Edwards Braddock pour une bataille à Monongehela afin de prendre le contrôle du fort Duquesne. Braddock n'a pas écouté ces conseils, ce qui lui a valu d'être tué au combat. 

Dans la foulée, Franklin participe à la construction de forts en Pennsylvanie pour se défendre contre les Amérindiens. Il est ensuite honoré en tant que colonel, mais il refuse un poste de général. 

Le succès scientifique de Franklin

"Comme nous bénéficions de grands avantages grâce aux inventions d'autrui, nous devrions être heureux d'avoir l'occasion de servir autrui par l'une de nos inventions, et nous devrions le faire librement et généreusement."

- Benjamin Franklin

Franklin excellait également sur le plan scientifique. Il est devenu membre de la Royal Society grâce à ses expériences et à ses théories concernant la similitude entre la foudre et l'électricité. Au départ, la Royal Society s'en moquait, mais elle a dû s'en excuser par la suite. Les travaux de Franklin ont été traduits en plusieurs langues et les théories ont été universellement adoptées par les scientifiques d'Europe. La Royal Society a donc réparé ses torts en lui remettant la médaille d'or de Sir Godfrey Copley en 1753. 

En outre, Franklin a inventé le poêle Franklin, une cheminée à revêtement métallique encore utilisée aujourd'hui.

  • Sauvez

Grâce à ses contributions scientifiques, Franklin a reçu des diplômes honorifiques de Harvard et de Yale. Après ces accomplissements, il est ensuite devenu Postmaster General of America. 

Il était également prêt à accepter des idées nouvelles à l'époque, pour autant qu'elles soient étayées par des preuves. Par exemple, dans son autobiographie, il conseille à tous ceux qui ont des enfants de les faire vacciner. Cela s'explique par le fait que l'un de ses fils est mort de la variole à l'âge de quatre ans. Cette opinion aurait été controversée à l'époque. 

La dernière contribution de Franklin

La dernière section dont il est question dans l'autobiographie de Franklin concerne la victoire de sa première escarmouche alors qu'il était agent de la Pennsylvanie en Angleterre. Par conséquent, l'autobiographie se termine de la même manière que l'ensemble de son contenu. L'impact de Franklin a été international et s'est étendu à toute l'industrie.

En 1757, l'Autobiographie s'interrompt. Elle est finalement laissée inachevée, mais son contenu et les actions dont elle parle ont encore un impact important aujourd'hui. Rédigée en trois temps et en trois lieux différents, Franklin a écrit cette œuvre jusqu'à sa mort. 1771 en Angleterre. 1783 en France. 1788 en Amérique. 


Si vous avez des commentaires sur ce résumé ou si vous souhaitez partager ce que vous avez appris, commentez ci-dessous.

Nouveau sur StoryShots ? Obtenez les versions audio et animées de ce résumé et de centaines d'autres livres de non-fiction à succès dans notre rubrique application gratuite de premier rang. Apple, The Guardian, les Nations unies et Google l'ont classée parmi les meilleures applications de lecture et d'apprentissage au monde.

Pour plonger dans les détails, commandez le livre ou obtenez le livre audio gratuitement.

Résumés de livres connexes

Long Walk to Freedom par Nelson Mandela

Gandhi par Mahatma Gandhi

Méditations par Marcus Aurelius

Les leçons de l'histoire par Ariel Durant et Will Durant

Les ailes du feu par Abdul Kalam

L'art de la guerre par Sun Tzu

Comment détruire l'Amérique en trois étapes faciles par Ben Shapiro

L'autobiographie de Benjamin Franklin Résumé
  • Sauvez

Rappel total par Arnold Schwarzenegger et Peter Petre

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.